L'infertilité : idées reçues, symptômes et solutions

L'infertilité : idées reçues, symptômes et solutions

L’infertilité est la difficulté à concevoir un enfant. Elle résulte de facteurs féminins dans ⅓ des cas et de facteurs masculins dans ⅓ des cas également. Dans le dernier tiers, la cause est soit inconnue, soit une combinaison de facteurs masculins et féminins.

L'infertilité est un problème qui touche environ 1 couple sur 6. 

Si vous avez des problèmes de fertilité, vous n'êtes en fait pas seul. Plus de 5 millions de personnes en âge de procréer, soit un couple sur dix, ont des difficultés à concevoir un enfant. En matière de fertilité, les conseils que l'on nous donne sont souvent assez peu utiles. 

Avant de vous exposer les causes et symptômes de l’infertilité, voici 5 idées reçues à ce propos.  

Mythe 1 : La fertilité est un problème réservé aux femmes.

On pense le plus souvent que l'infertilité est un problème de femme, mais cela ne pourrait pas être plus éloigné de la vérité. En fait, bien que 35 % des cas de fertilité soient dus à des problèmes de femmes, un nombre égal de ces cas, également 35 %, sont causés par des hommes. Un certain nombre de symptômes chez l'homme peuvent suggérer une infertilité, comme des douleurs ou un gonflement des testicules, des changements dans le désir, ou des problèmes pour maintenir une érection ou éjaculer. Également, l'infertilité des hommes augmente avec l'âge, tout comme celle des femmes.  

Mythe 2 : la santé n'influence pas la fertilité.

Saviez-vous que l'un des principaux facteurs d'infertilité, tant pour les hommes que pour les femmes, réside dans les problèmes de santé ? Pour avoir les meilleures chances de concevoir, vous devez adopter un mode de vie sain, ce qui implique notamment de maintenir un poids santé, de prendre des vitamines par exemple, de ne pas consommer de drogues, de ne pas fumer, et de boire de l’alcool avec modération. 

Mythe 3 : Avoir un enfant signifie que vous n'avez pas à vous inquiéter.

Selon les données, environ 30 % des cas d'infertilité surviennent après que le couple a eu son premier enfant. Ainsi, même si vous avez déjà un enfant, vous pouvez être confronté à l'infertilité lorsque vous essayez d'avoir un deuxième ou un troisième enfant. 

Mythe 4 : Si vous travaillez suffisamment dur, vous tomberez enceinte. 

L'infertilité est un problème médical, ce n'est donc pas votre faute si vous ne pouvez pas concevoir. Parfois, vos problèmes d'infertilité ne pourront pas être traités, quels que soient les efforts que vous ferez pour les résoudre. Cependant, il existe de nombreuses avancées médicales qui peuvent vous aider à concevoir, nous en parlerons à la fin de cet article. Selon “The American Society for Reproductive Medicine, plus de la moitié des couples qui suivent un traitement contre l'infertilité parviennent à avoir une grossesse réussie. Il y a donc encore de l'espoir !

1. Infertilité féminine

Chacun de ces facteurs est essentiel pour tomber enceinte :

  • Vous devez ovuler. Pour tomber enceinte, vos ovaires doivent produire et libérer un ovule, un processus connu sous le nom d'ovulation. Votre médecin peut vous aider à évaluer vos cycles menstruels et à confirmer l'ovulation.
  • Vous devez avoir des rapports sexuels réguliers pendant votre période de fertilité. Votre médecin peut vous aider à mieux comprendre à quel moment vous êtes le plus fertile.
  • Les trompes de Fallope doivent être ouvertes (l'ovule et le sperme se rencontrent dans les trompes de Fallope). L'embryon a aussi besoin d'un utérus sain pour se développer.

    Causes infertilité féminine

     

    Quelles sont les causes de l'infertilité féminine ?

    Les causes les plus courantes de l'infertilité féminine sont les problèmes d'ovulation, les lésions des trompes de Fallope ou de l'utérus (souvent dues à certaines maladies dont nous parlerons juste après), ou les problèmes de col de l'utérus. L'âge peut contribuer à l'infertilité car, à mesure qu'une femme vieillit, sa fertilité tend naturellement à diminuer. 

    L'infertilité féminine est causée par un ou plusieurs des facteurs ci-dessous.

    • Un déséquilibre hormonal
    • Une tumeur ou un kyste
    • Des troubles de l'alimentation tels que l'anorexie ou la boulimie
    • Consommation d'alcool ou de drogues
    • Des problèmes de glande thyroïde
    • Excès de poids
    • Le stress
    • Exercice intense entraînant une perte importante de graisse corporelle
    • Cycles menstruels extrêmement courts

    Les lésions des trompes de Fallope ou de l'utérus peuvent être causées par un ou plusieurs des éléments suivants :

    • Une maladie inflammatoire pelvienne
    • Une infection antérieure
    • Polypes dans l'utérus
    • Endométriose ou fibromes
    • Tissu cicatriciel ou adhérences
    • Maladie chronique
    • Une précédente grossesse extra-utérine (tubaire) 
    • Une anomalie congénitale

    * L'endométriose se produit lorsque le tissu qui se développe normalement dans l'utérus s'implante et se développe dans d'autres endroits. Cette croissance supplémentaire de tissu - et son retrait chirurgical - peut provoquer des cicatrices, qui peuvent bloquer les trompes de Fallope et empêcher l'union d'un ovule et d'un spermatozoïde. L’endométriose peut également affecter la muqueuse de l'utérus, perturbant ainsi l'implantation de l'ovule fécondé. La maladie semble également affecter la fertilité de manière moins directe, par exemple en endommageant le sperme ou l'ovule.

    Peut-on prévenir l'infertilité chez la femme ?

    Il n'y a généralement rien à faire pour prévenir l'infertilité féminine causée par des problèmes génétiques ou une maladie. Cependant, il y a plusieurs choses que les femmes peuvent faire pour diminuer la possibilité d'infertilité :

    • Prendre des mesures pour prévenir les maladies sexuellement transmissibles
    • Éviter les drogues illicites et le tabac
    • Éviter la consommation excessive ou fréquente d'alcool
    • Adopter de bonnes pratiques d'hygiène personnelle et de santé
    • Effectuez des contrôles annuels avec votre gynécologue lorsque vous êtes sexuellement actives.
    Voici les principaux symptômes que vous pourrez rencontrer si vous êtes dans cette situation d'infertilité. 

        Quand consulter un médecin ?

        Le moment de consulter dépend parfois de votre âge :

        • Jusqu'à 35 ans, la plupart des médecins recommandent d'essayer de tomber enceinte pendant au moins un an avant d'effectuer un test ou un traitement.
        • Si vous avez entre 35 et 40 ans, discutez de vos préoccupations avec votre médecin après six mois d'essai.
        • Si vous avez plus de 40 ans, votre médecin vous proposera sûrement de commencer des traitements immédiatement.

        Votre médecin peut également vouloir commencer les tests ou le traitement immédiatement si vous ou votre partenaire avez des problèmes de fertilité connus, ou si vous avez des antécédents de règles irrégulières et/ou douloureuses, de maladie inflammatoire pelvienne, de fausses couches répétées, de traitement antérieur du cancer ou d'endométriose.

        2. Infertilité masculine 

        Infertilité masculine

        Quelles sont les causes de l'infertilité masculine ?

        L'infertilité masculine peut être causée par une faible production de spermatozoïdes, une fonction anormale des spermatozoïdes ou des blocages qui empêchent l'acheminement des spermatozoïdes. Les maladies, les blessures, les problèmes de santé chroniques, les choix de mode de vie et d'autres facteurs peuvent contribuer à l'infertilité masculine.

        Pour mieux comprendre : vous devez produire des spermatozoïdes sains pour que votre partenaire tombe enceinte. Dans un premier temps, cela implique la croissance et la formation des organes reproducteurs masculins pendant la puberté. Au moins un de vos testicules doit fonctionner correctement, et votre corps doit produire de la testostérone et d'autres hormones pour déclencher et maintenir la production de sperme.

        Les spermatozoïdes doivent être transportés dans le sperme. Une fois que les spermatozoïdes sont produits dans les testicules, des tubes délicats les transportent jusqu'à ce qu'ils se mélangent au sperme et soient éjaculés par le pénis.

        Il doit y avoir suffisamment de spermatozoïdes dans le sperme, sinon les chances qu'un de vos spermatozoïdes féconde l'ovule de votre partenaire diminuent. Les spermatozoïdes doivent être fonctionnels et capables de se déplacer. Si le mouvement ou la qualité de vos spermatozoïdes est anormal, il se peut que les spermatozoïdes ne soient pas en mesure d'atteindre ou de pénétrer l'ovule de votre partenaire.

        Causes environnementales :

        La surexposition à certains éléments environnementaux tels que la chaleur, les toxines et les produits chimiques (pesticides, matériaux de peinture, doses élevées de radiations, plomb, etc…) peut réduire la production ou la fonction des spermatozoïdes. 

        Santé, mode de vie et autres causes :

        Voici quelques autres causes supplémentaires d'infertilité masculine :

        • La consommation de drogues. Les stéroïdes anabolisants pris pour stimuler la force et la croissance musculaire peuvent entraîner un rétrécissement des testicules et une diminution de la production de sperme. La consommation de cocaïne ou de marijuana peut également réduire temporairement le nombre et la qualité de vos spermatozoïdes.
        • La consommation d'alcool. Elle peut faire baisser le taux de testostérone, provoquer des troubles de l'érection et diminuer la production de sperme. Les maladies du foie causées par une consommation excessive d'alcool peuvent également entraîner des problèmes de fertilité.
        • Le tabagisme. Les hommes qui fument peuvent avoir un nombre de spermatozoïdes plus faible que ceux qui ne fument pas. Le tabagisme passif peut également affecter la fertilité masculine.
        • Le poids. L'obésité peut nuire à la fertilité de plusieurs façons, notamment en affectant directement les spermatozoïdes eux-mêmes et en provoquant des changements hormonaux qui réduisent la fertilité masculine.

        Quels sont les symptômes de l'infertilité masculine ?

        Dans certains cas, une maladie héréditaire, un déséquilibre hormonal, des veines dilatées autour du testicule ou une affection qui bloque le passage des spermatozoïdes, provoque des signes et des symptômes. Les signes et symptômes que vous pouvez observer sont les suivants :

        • Des problèmes de fonction sexuelle - par exemple, des difficultés d'éjaculation ou de petits volumes de liquide éjaculé, une diminution du désir sexuel ou des difficultés à maintenir une érection (dysfonctionnement érectile).
        • Douleur, gonflement ou bosse dans la région des testicules.
        • Infections respiratoires récurrentes
        • Incapacité à sentir
        • Croissance anormale des glandes mammaires (gynécomastie)
        • Diminution de la pilosité faciale ou corporelle ou autres signes d'une anomalie chromosomique ou hormonale

        Quand consulter un médecin ? 

        Consultez un médecin si vous n'avez pas réussi à concevoir un enfant après un an de rapports sexuels réguliers et non protégés et si vous présentez l'un des symptômes suivants :

        • Problèmes d'érection ou d'éjaculation, baisse de la libido ou autres problèmes de fonction sexuelle.
        • Douleur, gêne, bosse ou gonflement dans la région des testicules.
        • Antécédents de problèmes liés aux testicules ou à la prostate.
        • Si vous avez subi une opération de l'aine, des testicules, du pénis ou du scrotum.

        3. Le stress peut également être la source de l’infertilité : comment gérer ce stress ?

        gérer le stress

        La majorité des couples qui ne parviennent pas à concevoir se tournent d'abord vers un traitement de l'infertilité. Mais si la cause est psychologique, ce traitement ne sera évidemment pas efficace. Paradoxalement, dans certains cas, la femme peut tomber enceinte lorsque psychologiquement, elle a décider d’abandonner l’idée avec son compagnon (après une longue bataille pour remédier à cette infertilité). Le retour à un état normal, sans stress, pourrait-il débloquer le problème ? Peut-être bien ! Mais comment ne pas stresser ? 

        • Premièrement, ne vous concentrez pas sur le problème. Le fait de ne penser qu'à lui alimentera cette anxiété.

        • Ne laissez pas les éventuelles pressions sociales vous influencer. Agissez selon vos propres envies.

        • Commencez à pratiquer des techniques de respiration ou de méditation pour canaliser le stress et générer des émotions positives.

        • Il existe aujourd'hui sur le marché des tests d'ovulation très efficaces. Sachez identifier vos jours d'ovulation pendant votre cycle menstruel sans en être obsédée.

        • Communiquez avec votre partenaire. Les difficultés à concevoir ne doivent pas briser le lien qui vous unit.

        • Libérez votre esprit en vous adonnant à des activités récréatives. Votre vie ne devrait pas se résumer à votre désir d'enfant.

        • Si vous vous sentez dépassé par le problème, n'hésitez pas à demander l'aide d'un spécialiste (psychologue, psychiatre).

        • Vous devez vous sentir en sécurité dans votre couple pour avoir un enfant. Il faut définir et soulever les peurs et les blocages qui peuvent être liés à l’histoire que l’on a eue avec sa propre famille, qui peuvent être liés à la relation que l’on a dans le couple. Parfois il suffit juste de trouver la clé pour ouvrir les portes et faire en sorte que le couple se sente libéré de certaines choses.

        4. Les solutions 

        Une fois les causes de l'infertilité identifiées, des solutions peuvent être proposées.

         

         

        • Le traitement hormonal est proposé aux femmes qui présentent des troubles de l'ovulation, qui se manifestent par une production insuffisante ou nulle d'ovules. En administrant des hormones, l'ovulation est encouragée et surveillée de près afin de déterminer le moment où les rapports sexuels ont le plus de chances d'être efficaces.
        • Insémination intra-utérine. L'insémination intra-utérine (IUI) consiste à introduire des spermatozoïdes dans l'utérus d'une femme lors de l'ovulation. Les méthodes moins technologiques et intrusives, telles que l'IUI, sont de plus en plus communes, mais leur taux de réussite dépend de la cause de l'infertilité. Cette technique est utilisée dans certains cas d’endométriose, ou en cas de stérilité inexpliquée.

        • La fécondation in vitro. Cette technique de procréation médicalement assistée (PMA) consiste à mettre en contact, en laboratoire, un ovule produit par les ovaires et un spermatozoïde. L'embryon commence son développement in vitro et est ensuite transplanté dans l'utérus. Pratiquée en cas de troubles de la fertilité (obstruction des trompes, absence de production d'ovocytes, ménopause précoce, échec de l'insémination artificielle ou infertilité idiopathique).

        • Dons d’ovocytes. Consiste à recueillir un ovocyte produit par une femme en pleine santé, qui accepte de le donner à celle qui en a besoin.

        • Clomid. Cette pilule peu coûteuse et très souvent prescrite fait croire à l'organisme que les niveaux d'œstrogènes sont faibles, ce qui entraîne la production d'un plus grand nombre d'ovules.

        • L’adoption. Cette méthode peut être coûteuse et poser de nombreux problèmes. Son succès dépend largement de facteurs externes. Par exemple, devez-vous adopter un enfant né dans le pays ou à l'étranger ? Combien de temps êtes-vous prête à attendre ? Êtes-vous capable de considérer l'enfant d'une autre personne comme le vôtre ?

        • La chirurgie. Mais dans quels cas ?

        - Pour les femmes - certains problèmes tubaires, liés aux trompes de Fallope, peuvent être résolus par la chirurgie. Par exemple, en cas d'obstruction des trompes de Fallope, la chirurgie peut les dégager. La chirurgie offre également des solutions pour les tumeurs bénignes, ou certaines malformations utérines congénitales. La microchirurgie peut résoudre l'endométriose par laparoscopie. Cette technique permet de retirer les foyers d'endométriose de manière très précise, sans endommager les tissus sains.

        - Pour les hommes - La chirurgie est efficace dans le traitement de la varicocèle, qui est une dilatation variqueuse permanente des veines du cordon spermatique. La varicocèle diminue le nombre de spermatozoïdes et réduit leur mobilité. Certains obstacles tubaires, présents dans le canal déférent et dans l'épididyme, peuvent empêcher la libre circulation des spermatozoïdes. Ils peuvent être éliminés par microchirurgie.

        ...En bref, ne soyez pas impatiente : la conception d'un enfant peut prendre du temps. Pour mettre toutes les chances de votre côté, adoptez une bonne hygiène de vie, évitez les perturbateurs endocriniens le plus possible, préparez votre corps à une future grossesse, et prenez soin de vous. Pour plus de conseils sur comment manger sainement, ou comment éviter les perturbateurs endocriniens, rendez-vous ici, et ici

         

        Perturbateurs endocriniens Manger sain  

        Source :

        https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/sterilite-pma-infertilite/comprendre-sterilite#:~:text=On%20parle%20de%20st%C3%A9rilit%C3%A9%2C%20ou,'homme%2C%20expliquent%20la%20st%C3%A9rilit%C3%A9.
        https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/male-infertility/symptoms-causes/syc-20374773
        Https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=infertilite-dimension-psychologique
        https://www.pro-lifeobgyn.com/blog/5-common-myths-about-infertility
        https://www.nouvelobs.com/sante/20150519.OBS9207/cinq-conseils-pour-lutter-contre-l-infertilite.html

         


        Leave a comment

        Please note, comments must be approved before they are published

        This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.


        You may also like View all